Aujourd'hui tout est interdit dans les Bouches du Rhône comme dans le Var
donc plan B = tourisme ce qu'on appelle tourisme, c'est visiter quelques villages
Nous avons commencé par Ceyreste et sa belle église Saint Blaise.
Devant la fontaine romaine, un homme nous parle de la chapelle
Nous sommes surpris qu'elle soit ouverte, pas étonnant c'est lui qui surveille.
Il nous apprend en même temps qu'il est guide à la Ciotat... Mais il faut raconter
ce qui nous a fait tellement rire, sur la route nous apercevons un grand bâtiment qui
 s'appelle PLEIN AIR aussitôt j'ai envie de voir ce que nous prenons pour un grand magasin
et décidons d'aller visiter au retour. Mais la journée commence, après Ceyreste nous trouvons
un bel endroit pour pique-niquer la voiture est garée à 20 mètres de la route, une jolie table
nous attend mais ... au moment du café une voiture arrive en klaxonnant, se gare à côté de nous
un garde du conseil général en descend et nous demande de rapidement quitter les lieux.
Il accepte que nous terminions le café mais ignore qu'ensuite il y a le pousse-café...
et 1/4 d'heure après il revient s'étonne que nous soyons toujours là et nous plions bagage.
pas manu militari car il le fait poliment mais  presque. Nous ne le critiquons absolument pas
il fait son boulot d'ailleurs un grand incendie a encore éclaté ce soir à la Londe des Maures. 
 Je te laisse raconter la suite et au retour la visite du grand magasin Plein Air
qui nous a provoqué un immense fou rire ...

D'habitude c'est toi qui raconte les anecdotes, puisque tu me le demandes, je me lance :
tu as oublié de raconter pour le garde-champêtre, que quand il est revenu à la charge pour
nous faire déguerpir, on lui a proposé de boire un coup et il a eu cette réflexion :
"je ne peux pas car ça vous donne un argument pour prolonger un peu votre pique-nique".
Pour le "Plein Air", on se gare dans un grand parking grillagé, gardé à l'entrée, premier
étonnement mais bon, 2ème "fouille" avant d'entrer dans le hall bien luxueux, où on se trouve
devant un comptoir d'accueil, bizarre pour un magasin, l'hotesse nous demande nos cartes
d'identité devant un autre vigile qui surveille l'entrée dans la salle, devant notre incrédulité
ils sont un peu interloqués, avant qu'ils nous expliquent quoi que ce soit, on s'aperçoit de notre
méprise : il ne s'agit pas d'une grande surface de plein air mais d'un Casino de jeux !!!
Et voilà qu'on repart, évidemment hilares, de toutes façons avec nos habits de randonneurs,
même par curiosité, on n'aurait pas pu rentrer avec ou sans cartes d'identité !
Pour finir notre journée d'interdictions tous azimuts, on avait le choix d'aller à La Ciotat,
ou à Cassis où on avait vu des affiches annonçant le marché des potiers, on a choisi Cassis,
c'était bien malgré le peuple du samedi encore estival, mais dommage ! Car au moment d'écrire
ces lignes, on apprend qu'un dauphin se promène, peut-être contre son gré, dans le port-vieux
de La Ciotat et depuis le temps qu'on rêve d'en photographier, oui dommage !

P1070469